Pollens et environnement

Influence de la météorologie


Le nombre de pollens dans l'air est influencé par différents facteurs. En plus du type de plante et de la période de l'année, la météorologie joue un rôle non négligeable.
  • La pluie : Sous l'effet de la pluie, les pollens sont rabattus au sol ("lessivage") à faible distance de sa source. En tombant au sol ils peuvent exploser et donc de libérer les allergènes des grains de pollen. Plusieurs jours de pluie ou d'humidité (brouillard, rosée,..)permettent à la plante de conserver ses grains de pollen pour les libérer lors de conditions météorologiques plus favorables.
  • Le vent : Le vent détermine l'étendue de la dispersion des pollens. En l'absence de vent, le grain de pollen se dépose rapidement à proximité de la plante. Par vent modéré, les grains restent en suspension et donc la concentration risque d'augmenter.
  • La température : le froid et le gel retardent la croissance des plantes et donc le début de pollinisation. Inversement le soleil et la chaleur vont favoriser une saison pollinique précoce et une émission plus abondante des grains de pollen.

La situation météorologique la plus propice à la libération et à la dispersion des pollens est une journée très ensoleillée, sans précipitation, avec des températures élevées et un vent modéré.


Influence de la pollution

La pollution atmosphérique peut agir de plusieurs façons pour aggraver l'allergie aux pollens.
  • En fragilisant l'individu, la pollution atmosphérique provoque une irritation des muqueuses des voies aériennes et de la muqueuse oculaire mais aussi une hyper réactivité bronchique. Ces effets accroissent la sensibilité des personnes prédisposées aux allergies et diminue le seuil de sensibilité.
  • En pénétrant plus profondément dans les voies respiratoires, par la fixation des grains de pollens sur les particules diesel.
  • En fragilisant les grains de pollen, la pollution atmosphérique détériore la paroi externe du grain de pollen libérant ainsi plus facilement les protéines allergisantes. Les pollens pollués semblent avoir un potentiel allergisant beaucoup plus élevé.

De nombreuses études en France soupçonnent une relation directe entre pollution urbaine et pollens


.