Pollens et santé


Qu’est ce que l’atopie ? Qu’est ce que l’allergie ?


L’atopie est une prédisposition génétique à développer des réactions allergiques immédiates respiratoires ou encore alimentaires, IgE médiées. Elle se caractérise cliniquement par un eczéma atopique, une rhinite, une rhinoconjonctivite ou encore un asthme allergique, voire des allergies alimentaires, éléments cliniques qui vont être diversement associés chez les patients.

L'allergie correspond à une rupture de tolérance vis-à-vis d’une ou plusieurs substances : « On ne naît pas allergique, on le devient ». L’atopique a plus de risque de devenir allergique qu’un patient non atopique mais tous les allergiques ne sont pas atopiques.


L’allergie correspond à une réponse immunitaire inappropriée et excessive (synthèse d’anticorps de type IgE spécifique d’un allergène donné) de l’organisme au contact de substances que l’on appelle alors allergènes.
Le mécanisme se passe en 2 temps : 
  • Phase de sensibilisation ou phase du 1er contact sensibilisant : reconnaissance de l'allergène par les cellules immunitaires qui déclenche la fabrication d’anticorps spécifiques (les IgE) dirigés contre cet allergène, fixation de ces IgE spécifiques sur les mastocytes, cellules qui vont jouer un rôle fondamental dans l’expression des signes allergiques.

  • Phase de manifestation allergique : elle est déclenchée lors du contact ultérieur avec l’allergène, qui va se fixer sur les IgE spécifiques liés aux mastocytes, provoquant alors la libération par les mastocytes de substances (notamment l’HISTAMINE) qui vont être directement responsables des manifestations allergiques (rhinite, conjonctivite, asthme ) Si un des parents est allergique, le risque de voir apparaître des manifestations allergiques chez son enfant sera de 30 à 40%. Ce risque sera de 70 à 80%, si les 2 parents sont allergiques.


Qu’est ce que la pollinose ?


La pollinose est l’ensemble des signes cliniques allergiques secondaires à la réaction immunitaire anormale et excessive induite par le contact avec l allergène pollinique ou pollen auquel la personne s’est sensibilisée
Elle est aussi couramment appelée "rhume des foins ". 

Les pollinoses sont en général saisonnières et récidivent chaque année, à peu près à la même période.

Tous les pollens ne sont pas allergisants. 
  • Les pollens allergisants sont émis majoritairement par des plantes (arbres et herbacées) anémophiles.
  • Pour être allergisant, un grain de pollen doit disposer de substances (protéines ou glycoprotéines) reconnues comme immunologiquement néfastes pour un individu donné.

Il faut tenir compte du fait que chaque pollen n'a pas le même potentiel allergique. Différents facteurs jouent sur le potentiel allergisant du pollen d'une plante :
  • L'allergie est causée par des particules protéiques qui sont libérées par les grains de pollen. C'est la nature de ces protéines qui détermine le potentiel allergisant d'une plante.
  • La taille du pollen est importante également, car plus un pollen est petit, plus il est léger, plus il restera longtemps dans l'air et plus il pourra pénétrer dans les voies respiratoires hautes.
  • La quantité de pollens émise dans l'air par la plante a aussi une importance. Plus la plante produit de grains de pollen, plus le risque d'exposition allergique est élevé.



Quelles peuvent être les manifestations et les signes ?

  • Rhinite, rhino- sinusite qui déclenche au niveau du nez : prurit (démangeaison), écoulement clair bilatéral et/ou obstruction (nez bouché), crise d’éternuements. Peuvent apparaître en l’absence de traitement des douleurs sinusiennes, des troubles de l’odorat et du goût. Elle est fréquemment associée à une 
  • Conjonctivite (inflammation au niveau des yeux) : rougeur, prurit (effet grain de sable), larmoiement, œdème de la conjonctive et des paupières. Peut s’y associer une photophobie (difficulté à supporter la lumière)
  • Dermatite : prurit, urticaire, eczéma 
  • Asthme par inflammation au niveau des bronches : toux, gêne respiratoire, respiration sifflante.
  • Selon l’intensité des manifestations cliniques cela peut avoir un incidence plus ou moins importante sur la qualité de vie :
  • Altération de la qualité du sommeil ce qui entraîne une fatigue, perturbe la vie socioprofessionnelle.
  • Altération de la vigilance : diminution du temps de réponse chez les allergiques non traités
  • Augmentation des risques infectieux : sinusites purulentes, otites,….

Qu’est ce qu’une allergie croisée ?

Les allergies croisées sont présentes chez certains patients polliniques

Cliniquement, elles se traduisent par des signes allergiques (rhinite, conjonctivite, asthme pollinique) associés à une gêne oropharyngée (sensation de fourmillements, voire de gonflement dans la bouche, au niveau des lèvres, du pharynx, du palais) lors de la consommation de certains fruits et/ou légumes. 

Elles s’expliquent par la présence d’un allergène ou partie d’allergène commun entre le pollen et certains fruits et/ou légumes.

Les plus connues sont actuellement celles qui concernent 

  • Pollen de bouleau:  les fruits comme la pomme, les prunoidés (pêche, abricot, cerise, brugnions…), noix ; kiwi, melon mais aussi les légumes (céléri, carotte …)
  • Pollens de graminées : tomates, poivrons, pommes dd terre, melon, kiwi, farine de blé
  • Pollens d'ambroisie : melon, banane, pastèque
  • Pollens d'armoise : aneth, carotte, fenouil, persil, céleri, coriandre
  • Pollens de noisetier : noix noisette
  • Pollens d'aulne : pêche, noisette, cerises, amande, persil ; pommes, poires.